RMC Crime
Films et séries criminels

Netflix: Le documentaire "L'assassin de ma fille" revient sur l'affaire Kalinka Bamberski

Andre Bamberski lors du procès de Dieter Krombach en décembre 2012 à Créteil

Andre Bamberski lors du procès de Dieter Krombach en décembre 2012 à Créteil - ERIC FEFERBERG / AFP

L'assassin de ma fille est disponible depuis le 12 juillet sur Netflix. Témoigages poignants et documents d'archives agrémentent ce documentaire qui revient sur l'affaire Kalinka Bamberski.

Chevelure blonde, regard pétillant et sourire désarmant. C'est l'image renvoyée par Kalinka Bamberski. Insouciante, et innocente, le destin de cette adolescente de 14 ans a été brisé par son beau-père Dieter Krombach. Disponible depuis le 12 juillet sur Netflix, le documentaire l'assassin de ma fille revient sur ce feuilleton judiciaire de 40 ans.

Réalisé par Antoine Tassin, ce film ne lésine pas sur les moyens pour transporter le spectateur dans l'histoire de Kalinka Bamberski. Témoignages percutants et documents d'archives s'entremêlent pendant une heure et demie. Face caméra, ce père de famille raconte le combat acharné mené pour demander justice pour le meurtre de sa fille, et faire vivre sa mémoire, afin qu'elle ne tombe pas dans l'oubli.

Des vacances fatales pour Kalinka Bamberski

Kalinka Bamberski et son frère passent des vacances chez sa mère et son beau-père cardiologue en Allemagne. Le matin du 10 juillet 1982, le téléphone retentit. André Bamberski décroche. Au bout du fil, son père apprend le décès de sa fille. Elle est retrouvée morte dans son lit. La vieille au soir, Dieter Krombach son beau-père, lui a fait une injection à base de fer, car l'adolescente "voulait bronzer". Puis, elle est partie se coucher. Le matin, la jeune fille est retrouvée morte. Pour le cardiologue, sa belle-fille est décédée d'une insolation, après avoir passé toute la journée à l'extérieur. Les enquêteurs ne trouvent rien de suspect, et le dossier est classé. Mais son père ne croit pas à cette thèse. C'est alors que son combat commence. Son but: réclamer justice pour la mort de sa fille.

Tout bascule lorsque ce père de famille reçoit le rapport d'autopsie de Kalinka. Il est persuadé qu'elle a été violée, puis tuée, par le mari de son ex-femme. Malgré tout ses efforts pour désigner Dieter Krombach comme l'assassin de sa fille, la justice allemande ne bouge pas.

André Bamberski ne s'avoue pas vaincu. Il réussit à faire ouvrir une instruction en France. Alors en 1985, la juge demande l'exhumation du corps de l'adolescente. Problème : le corps est bien conservé, mais il manque les parties génitales. Prélevées pour le besoin de l'autopsie, elles n'ont pas été restituées. Impossible de prouver la culpabilité ou l'innocence du cardiologue dans le viol de sa fille. C'est encore l'impasse.

Son père se bat pour la mémoire de sa fille

Rongé par le chagrin, ce père continue de remuer ciel et terre pour que justice soit faite pour Kalinka. Alors, l'homme tente le tout pour le tout. En 2009, il kidnappe Dieter Krombach, le ligote, le frappe et le dépose non loin du palais de justice de Mulhouse. Si André Bamberski a agi ainsi, c'est pour livrer le cardiologue aux autorités françaises. Pour cet enlèvement, il est condamné en 2014 à un an de prison avec sursis.

Après son rapt, le cardiologue est interpellé par la police. En 2011, il est condamné à 15 ans de prison par la cour d'assises de Paris pour le meurtre de sa belle-fille. Mais l'homme fait appel de cette décision. Un an plus tard, sa peine est confirmée. Coup de théâtre. En décembre 2020, Dieter Krombach sort de prison en raison de son état de santé, et quelques mois plus tard, le cardiologue décède.

Le documentaire L'assassin de ma fille est disponible depuis le 12 juillet sur Netflix. Au nom de ma fille, un autre film revient sur l'affaire Kalinka Bamberski. L'acteur Daniel Auteuil interprête le rôle de son père André Bamberski. Sorti en 2016, il est disponible sur les plateformes de streaming.

Marine Lemesle