RMC Crime
Crimes internationaux

Une mère adoptive condamnée à la prison à vie pour le meurtre d’une fillette dont elle avait la garde

Etat du Dakota du Nord, aux Etats-Unis (image d'illustration)

Etat du Dakota du Nord, aux Etats-Unis (image d'illustration) - TUBS

Dans l’Etat du Dakota du Nord, aux Etats-Unis, une mère adoptive a été condamnée à la prison à perpétuité, ce lundi. Elle est reconnue coupable du meurtre d’une fillette de cinq ans dont elle avait la garde.

Tammy Longie de Tokio, une mère adoptive de 48 ans, a plaidé coupable en janvier dernier de meurtre sur une fillette de cinq ans dont elle avait la garde, ainsi que de trois chefs d’accusation pour maltraitance et négligence sur plusieurs enfants. Son procès s’est tenu ce lundi 8 août dans le Dakota du Nord, aux Etats-Unis. Son mari, Erich Longie, 45 ans, est lui aussi accusé de meurtre et de maltraitance sur la petite victime et sur son frère, âgé de sept ans, selon les informations du média local Valley News Live. Il a été condamné en juin dernier à la prison à perpétuité après avoir reconnu les faits.

La fillette était couverte d'ecchymoses

Les faits remontent au 6 mai 2020. Ce jour-là, les agents de police répondent à un appel provenant de la résidence où vit le couple, dans la réserve de Spirit Lake. En arrivant sur place, ils découvrent l’enfant, Raven Thompson, morte dans le sous-sol de la maison.

Selon les premières constatations, des ecchymoses ont été relevées sur tout son corps. D’après l’autopsie, la petite-fille souffre également "d’hématomes sous-duraux bilatéraux", ce qui signifie qu’elle avait du sang dans sa boîte crânienne. Le médecin légiste relève aussi des écorchures et des contusions qui pourraient provenir de "plusieurs épisodes de maltraitance", d’après le rapport de justice.

Lors de son interrogatoire, l’accusée a déclaré qu’elle s’était levée vers six heures du matin, le 6 mai 2020, quand elle n’a pas vu l’enfant. Elle se serait ensuite dirigée vers l’extérieur de sa maison pour crier dans le but de retrouver la fillette, avant d'aller au sous-sol où elle dit avoir eu un mauvais pressentiment. C’est à ce moment-là qu’elle aurait découvert le corps de la petite fille sur le sol et aurait commencé à l’interpeller, sans réponse de l’enfant.

La mère adoptive aurait ensuite touché la fillette et senti qu’elle était froide, avant de courir à l’étage pour prévenir son mari en lui disant qu’elle pensait que l’enfant était morte. Face aux agents de police, la mère adoptive a nié avoir été violente avec la petite fille. Elle a déclaré qu’elle "ne faisait que frapper les enfants à mains nues sur les fesses, les mettre au coin et les obliger à se coucher tôt".

"Une affaire tragique et terrifiante"

Le frère de la victime a survécu aux maltraitances, mais il a été hospitalisé pendant un mois. Il souffrait d’une insuffisance cardiaque due à de la malnutrition et d'ecchymoses sur le corps. Les deux enfants ont été confiés au couple en juillet 2019, d’après le rapport de police.

Pendant leur enquête, les policiers ont relevé que les deux enfants biologiques du couple ont également été victimes de maltraitance de la part de leurs parents. Au total, sept enfants ont été retirés de cette famille d’accueil. Ils étaient âgés de onze mois à douze ans, d’après le rapport publié par le média local The Bemidji Pioneer.

A l’issue du procès, Tammy Longie de Tokio a été condamnée à la prison à perpétuité. "Il s’agit d’une affaire tragique et terrifiante, car les enfants ont enduré des abus physiques et émotionnels pendant longtemps par Tammy Longie qui était chargée de les soigner et de les protéger", a déclaré l’avocate, Jennifer Klemetsrud Puhl.

Alix Mancel